Retraite conventuelle de la communauté de Lille

DSCN2949Les Apôtres se réunirent auprès de Jésus, et lui annoncèrent tout ce qu’ils avaient fait et enseigné. Il leur dit : « Venez à l’écart dans un endroit désert, et reposez-vous un peu. » (Mc 6, 30-31).

Dans l’Evangile, les apôtres font des retraites à l’écart après la mission. Dans la vie d’une communauté dominicaine, il y a aussi chaque année un temps de retraite conventuelle, qui est pris à l’écart des occupations habituelles.

DSCN2935

Abbaye sainte Berthe à Blangy sur Ternoise

 

C’est ce qu’a fait la communauté de Lille pour quelques jours, durant ces vacances de février à lAbbaye sainte Berthe de Blangy sur Ternoise (animée par l’institut Notre-Dame de Vie). La région de Blangy sur Ternoise et ses vallons offre de beaux paysages. L’écrivain Georges Bernanos y passa son enfance et le village d’Ambricourt (où se déroule le Journal d’un curé de campagne) est à 6 km de marche de l’Abbaye sainte Berthe.

 

RCFPereFrMarie

Frère François-Marie Humann

La retraite était prêchée par le frère François-Marie Humann, abbé de l’abbaye Saint Martin de Mondaye (Prémontrés).

Les prémontrés sont un peu les frères aînés des dominicains, fondés presque 100 ans avant, ils obéissent à la même règle de vie (règle de saint Augustin) avec toutefois une vie monastique plus marquée (en plus des trois vœux religieux, s’ajoute à leur profession le vœu de stabilité à l’abbaye).

Le thème choisi par le prédicateur était la vie consacrée, en cette année de la vie consacrée dans l’Eglise.

 

Reprenant les grands thèmes de la vie religieuse selon saint Augustin et cette liberté sous le régime de la grâce qui lui est chère*, le frère François-Marie a conclu en ajoutant l’appel à la conversion que demande constamment la vie religieuse : aimer ce qui est aimable, discerner ce qui est digne d’être aimé. Les prémontrés prononcent ainsi 5 vœux dans leur profession religieuse : pauvreté, chasteté, obéissance, stabilité et conversion.

DSCN2940

Une retraite conventuelle en silence c’est aussi l’occasion de vivre différemment en communauté, tous réunis pendant quelques jours (ce qui n’est pas toujours évident dans les activités conventuelles habituelles) dans le silence, qui laisse voir autre chose de ses frères et à ses frères.

 


 

* la fin de la règle de saint Augustin demande aux frères d’observer la règle « non comme des esclaves sous la régime de la loi, mais en hommes libres sous le régime de la grâce »

Publicités
Cet article a été publié dans Vie commune, Vie dominicaine. Ajoutez ce permalien à vos favoris.